L’échauffement du cavalier

L’échauffement du cavalier
L’échauffement du cavalier

Trop souvent négligé, l’échauffement du cavalier devrait devenir aussi indispensable que l’échauffement du cheval au début d’une séance de travail. Comme dans n’importe quel autre sport, le cavalier limiterait les risques de courbatures et de lésions musculaires avec un bon échauffement. De plus, pratiqué dans les règles de l’art, il permet de mettre le cavalier en place et de bien l’orienter avant de commencer la séance de travail.

Comment réaliser l’échauffement du cavalier?

Pour ma part j’effectue quelques mouvements simples en tout début de séance, exercices qui à force sont devenus un automatisme. L’avantage de ces mouvements est qu’en plus de préparer le corps à l’activité sportive, bien effectués, ils permettront une mise en place aisée de la position du cavalier et l’orienteront automatiquement dans le bon sens. En les faisant tous aux différentes allures ils formeront une bonne séance de mise en selle.

Exemples d’exercices d’échauffement

L’échauffement du haut du corps

Mettez vous en selle, sans étriers, et laissez marcher votre cheval rênes longues le temps de ces quelques mouvements:

Commencez par échauffer la nuque en faisant des cercles doucement avec la tête. Continuez avec les poignets et les chevilles. Tournez bien les articulations dans les deux sens.

Échauffez le corps de haut en bas. Commencez par les épaules en faisant de grands cercles avec les mains, bras tendus, en tournant le bras droit dans le sens des aiguilles d’une montre, le bras gauche dans le sens inverse. En effet il faut « ouvrir » l’épaule; ce mouvement permettant au cavalier d’ouvrir la poitrine, redresser le haut du corps, lever le menton, tout en respirant profondément. Commencez par un bras, puis l’autre, puis les deux en même temps.

Continuez avec le dos et la taille en vous étirant pour aller toucher successivement les oreilles et la queue de votre cheval avec le bras droit puis avec le gauche. Ce mouvement, effectué en fixant bien les jambes à leur place, permettra de favoriser l’indépendance du haut du corps et des jambes. Pour le même effet vous pouvez fixer vos jambes en place et descendre toucher votre pointe de pied en alternant droite et gauche. Passez votre bras entre le genou et la selle et utilisez votre respiration, en soufflant en descendant et en inspirant en vous redressant.

Pour échauffer les reins, tendez les bras à l’horizontale sur les cotés et pivotez le regard et tout le haut du corps le plus loin possible de chaque coté.

L’échauffement du bas du corps

Passez ensuite au bassin; en vous tenant à l’arrière de la selle levez les genoux en passant la cravache dessous, ou pédalez en l’air, ou claquez les talons au-dessus de l’encolure… Tous les mouvements de jambes vers le haut en tenant les épaules vers l’arrière permettent de favoriser l’engagement du bassin et son positionnement en rétroversion. Dans la même optique tout en favorisant l’indépendance du haut et du bas du corps tendez un bras devant à l’horizontale et montez la jambe tendue le plus haut possible vers la main, sans bouger le bras ni le haut du corps.

Pour étirer les cuisses, tenez votre pointe de pied avec la main, jambe pliée vers l’arrière, le talon contre la fesse, en cherchant à mettre la cuisse perpendiculaire au sol, et restez en tension forte jusqu’à ce que le muscle de la cuisse se décontracte. Faites ensuite l’autre jambe. Ce mouvement favorisera la descente de jambe.

Pour finir, favorisez la descente de jambe et l’ouverture de la coxo-fémorale (hanche) en levant le genou droit devant, ouvrant légèrement la jambe vers l’extérieur, puis la descendant d’un mouvement vif comme un coup de pied vers le bas et vers l’arrière.

Les bienfaits de l’échauffement

Libre à vous de trouver d’autres exercices qui favoriseront l’échauffement musculaire et articulaire et la mise en position du cavalier, ou de les adapter en fonction du thème de la séance (en suspension, au trot enlevé, à l’obstacle…).

Dans tous les cas pensez à utiliser au maximum votre respiration et à effectuer ces petits exercices lentement et profondément, sans brusquerie, afin de ne pas risquer de vous faire mal. Bien effectués vous sentirez dès la première fois une vraie différence dans votre séance de travail.

Published by

Julie

Monitrice depuis 2007, cavalière depuis 1995, je fais vivre ce blog en vous apportant de mon vécu et de mon expérience, personnelle et professionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.