Galops de pleine nature

Galops de pleine nature
Galops de pleine nature

L’enseignement de l’équitation en France est structuré depuis de nombreuses années par des protocoles alliant théorie et pratique appelés Galops, validés par des examens. Ils sont structurés sur une base pédagogique apportant une progression logique à l’apprentissage du cavalier, ce en fonction de la discipline choisie. Aujourd’hui, cet apprentissage est accessible aux cavaliers d’extérieur de tous crins, grâce aux Galops de Plein Nature. Découvrons en un peu plus sur ces Galops particuliers.

Les galops de pleine nature

Les galops sont des degrés officiels, au nombre de 9, créés par la FFE (Fédération Française d’Equitation), pour permettre un enseignement cohérent et commun à tous les cavaliers, leur permettant de passer ces diplômes pour structurer leur évolution, tant à cheval que pour les soins et les connaissances théoriques.

Déclinés en 1979 en trois degrés, puis en niveaux appelés étriers et éperons (étrier d’argent, éperon de bronze…) en 1990, les galops classiques existent eux depuis 1996. Pédagogie de base de l’enseignement de l’équitation en France, ils sont adaptés aujourd’hui à de nombreuses disciplines (western, voltige, islandaise, attelage…) et appelés galops de spécialités.

En 2000, les galops de pleine nature, au nombre de 7, sont officialisés; ils deviennent un formidable outil pédagogique pour tous les cavaliers adeptes de l’équitation d’extérieur, pour les enseignants et pour les cavaliers de TREC (Techniques de Randonnée Équestre de Compétition).

Ouvrant, par la même occasion, des horizons différents aux cavaliers en herbe recherchant des clubs moins axés sur la compétition, dans une ambiance souvent plus détendue et familiale; cette équitation nouvelle, moins rigoriste, leur permet également de profiter de cours tant en carrière qu’en extérieur.

Les galops de pleine nature comprennent cinq catégories:

Pratique à cheval:

Si la pédagogie de base de la pratique à cheval reste la même qu’en classique, l’application est très différente; ici pas de dressage ou de saut d’obstacle dans une carrière, mais un parcours à effectuer en extérieur et représentant uniquement des dispositifs pouvant être rencontrés au cours d’une randonnée. Ce parcours se rapproche du PTV (Parcours en Terrain Varié) qu’on trouve en TREC.

Ça peut être des dispositifs avec le cheval tenu en main, comme le franchissement d’un tronc ou d’un plan descendant; des difficultés de direction comme le slalom ou le double U de la maniabilité; des difficultés de terrain comme le passage sous des branches basses, l’ouverture d’une barrière ou le passage sur une passerelle; ou encore des difficultés sautantes comme une haie ou un contre-haut. Leur difficulté varie en fonction du niveau et devient un vrai défi technique pour les galops 5, 6 et 7.

Soins:

C’est tout ce qui concerne la pratique autour du cheval; de savoir l’attacher et le brosser correctement pour le galop 1 jusqu’à le toiletter et l’embarquer dans un van pour les galops 7.

Cette partie est commune à quasiment tous les types de galops. Elle permet de tendre petit à petit vers une autonomie totale ou quasi du cavalier avec son cheval, notamment dans l’objectif d’assurer un savoir-faire indispensable aux cavaliers propriétaires d’équidés et aux professionnels de l’équitation.

Connaissances théoriques:

Elles comptent tout ce qu’il faut savoir sur les chevaux et le monde du cheval en général, comme le nom des parties du corps de notre destrier, ceux de la selle et du filet ou encore l’entretien du matériel, le mécanisme des allures du cheval ou les différents types d’alimentation.

Ce savoir, commun à tous les pratiquants de l’équitation, s’agrémente dans notre cas d’une partie matelotage (art des nœuds).

Comme précédemment ces connaissances sont indispensables aux personnes ayant des chevaux sous leur responsabilité. De plus, ce savoir permet une meilleure compréhension du fonctionnement du cheval dans sa globalité et donc de son attitude sous la selle et dans le travail (musculature, squelette, aides, impulsion…).

Topographie – orientation:

Partie spécifique aux galops de pleine nature, elle permettra au cavalier d’apprendre à connaitre parfaitement les techniques d’orientation, les indications de la carte, les repères naturels, les angles de marche et azimuts avec la boussole, le relief, ainsi que le respect d’une vitesse donnée en fonction du terrain et de la distance à parcourir, le calcul des vitesses des différentes allures de son cheval, etc.

Comme sur un POR (Parcours en Terrain Varié) en TREC le cavalier devra  lire une carte IGN (Institut Géographique National, devenu aujourd’hui Institut National de l’Information Géographique et Forestière), utiliser une boussole et se repérer en extérieur jusqu’à pouvoir suivre sans se tromper et dans un environnement inconnu un itinéraire tracé sur une carte et comprenant des difficultés techniques tout en respectant les vitesses imposées.

Connaissance du milieu:

Indispensable à tout cavalier de pleine nature pour appréhender son environnement et le respecter, ce savoir permettra une meilleure connaissance de la faune et de la flore de la région, des cultures, de la pollution, des écosystèmes, des métiers liés aux animaux et à l’environnement, etc…

Ma conclusion et mon opinion sur les galops de pleine nature

Les Galops de Pleine Nature sont une base pédagogique ouvrant ainsi un apprentissage différent à l’équitation et permettant à de nombreux cavaliers d’extérieur de trouver leur compte. Ils forment des cavaliers autonomes, proches de la nature, à travers une équitation respectueuse de l’animal et offrant une vraie complicité entre le cavalier et sa monture, leur ouvrant de nouveaux horizons.

Enseignante d’équitation de pleine nature depuis plus de dix ans, je suis fière de former des cavaliers parfaitement autonomes, ayant une base technique solide et capables de faire face en toute sérénité à toute nouvelle situation en extérieur. Je leur donne confiance en eux et en leur monture grâce à une cavalerie bien éduquée, franche et placide. Et je trouve ce système d’apprentissage formidable!

Published by

Julie

Monitrice depuis 2007, cavalière depuis 1995, je fais vivre ce blog en vous apportant de mon vécu et de mon expérience, personnelle et professionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.