Choix et utilisation de la selle

Choix et utilisation de la selle
Choix et utilisation de la selle

Élément principal du matériel d’équitation, la selle est un équipement qu’il faut choisir et utiliser correctement. Voici quelques conseils pour choisir une selle adaptée à vos besoins en fonction de votre budget et de votre cheval ; et un petit rappel pour une utilisation et un entretien optimum.

Achat d’une selle, le budget:

Le budget qu’on peut y mettre est bien sûr la première et la plus importante contrainte dont il faut tenir compte. Une selle premier prix coûte autour de 100€, une selle de grande marque coûte plusieurs milliers d’euros. Bien sûr on trouve entre ces deux extrêmes toute une gamme de selles de plus ou moins bonne qualité. Outre les moyens financiers propres à chacun, on va allouer à cet achat un budget variable en fonction de l’utilisation qu’on en fera.

Une selle à petit budget sera conseillée aux pratiquants pluri disciplinaires, ayant un petit niveau à cheval, n’étant pas encore propriétaires et utilisant leur matériel sur plusieurs chevaux, ou encore pratiquant une discipline exposant la selle aux intempéries, comme la randonnée intensive. Pas de crainte de faire une rayures sur ces selles, de les exposer à la pluie, de les stocker dans son coffre de voiture et autres situations pouvant les user prématurément. Choisissez une selle mixte, résistante. Pour ma part j’estime qu’à budget équivalent il vaut mieux une bonne selle synthétique qu’une bas de gamme en cuir. Un budget de 300 à 600€ sera suffisant.

Pour les cavaliers de niveau correspondant à un galop 6 ou plus, propriétaires, pratiquant une discipline en particulier ou montant plus de 3/4 heures par semaine il devient préférable de choisir une selle de meilleure qualité. Elle sera plus adaptée à la discipline pratiquée, plus confortable au dos du cheval comme au cavalier, favorisant une pratique aisée. Leur qualité garantie une bonne tenue dans le temps à travers des matériaux et des techniques de fabrication haut de gamme. De bonnes marques comme Devoucoux, Forestier ou Gaston Mercier proposent des selles adaptées entre 1000 et 5000€, avec bien souvent des options de fabrication sur mesure. Ces selles de grande qualité offrent souvent un service après vente et une garantie intéressants.

Le type de selle:

Une fois le budget établi, il faut choisir la selle d’abord en fonction de la discipline pratiquée. Les selles le plus couramment achetées sont les selles mixtes, permettant la pratique de la plupart des disciplines équestres. Obstacle, endurance, TREC, western, amazone, dressage, poney, chaque discipline possède un type de selle particulier favorisant sa pratique, surtout à haut niveau. Attention toutefois de ne pas se jeter a corps perdu dans un achat onéreux dès le début, attendez d’être certain de la discipline que vous voulez pratiquer à long terme. En attendant il est toujours possible de trouver à se faire prêter du matériel si besoin.

Une selle adaptée au cavalier

Une fois le modèle de selle sélectionné il faut trouver celle qui correspondra le mieux à vous et à votre monture. Pour la taille du siège et sa forme il faut essayer la selle, et l’essayer en conditions réelles. Pas question de mettre les fesses dessus à cheval sur un tréteaux au salon du cheval et de lâcher dans la foulée 2000€ au vendeur ! Refusez tout net un achat sans possibilité d’essai.

Et surtout à son cheval

Encore plus important pour les cavaliers propriétaires il faut essayer la selle à son cheval. Même avec le poids du cavalier dessus elle ne doit pas toucher le garrot ni la colonne vertébrale, ne doit pas écraser le haut des épaules sur les côtés du garrot, être assez courte pour ne pas toucher le rein derrière le dos et son inclinaison doit permettre de ne pas mettre tout le poids sur le garrot devant ou sur l’arrière du dos.

Il existe de nos jours de nombreux padds en gel permettant de rehausser uniquement l’avant ou l’arrière de la selle; mais pour ma part ces éléments doivent rester des outils de confort temporaires et il ne faut pas compter dessus sur le long terme.

Vérifiez avec un ostéopathe ou, très en vogue en ce moment, un saddle fitter, pour être sûr que la selle choisie convient au dos de votre compagnon. Impensable de monter pendant des années avec du matériel inconfortable voire nuisible pour la santé de votre cheval. Pour les cavaliers non propriétaires choisissez avec l’aide de votre sellier une selle adaptée aux montures que vous utilisez régulièrement au club en sélectionnant un modèle qui conviendra à un maximum de chevaux. Bien sûr à chaque nouvelle monture il faudra demander à votre moniteur si la selle est bien adaptée au dos du cheval.

Utiliser sa selle:

Nous voilà donc avec notre belle selle toute neuve. Et là même les cavaliers les plus aguerris font souvent de sacrées erreurs en sellant leur cheval. Déjà on positionne son tapis pour recouvrir juste le garrot. Si on utilise un amortisseur on le centre sur son tapis. On pose enfin la selle en laissant environ une largeur de main entre l’avant du tapis et l’avant des quartiers. Et là surtout on dégarotte en soulevant bien le haut du tapis pour le coller sous le pommeau. En faisant ça on peut faire glisser légèrement l’ensemble vers l’arrière pour lisser les poils. Une fois descendue la sangle doit venir un bon travers de main en arrière du coude. On sangle au contact sans serrer de trop. On ressanglera progressivement avant de se mettre à cheval.

Par sécurité il est conseillé de toujours attacher la sangle en premier et de la détacher en dernier ; en effet si le cheval bouge ou tire au renard et que la selle glisse en restant pendue par une croupières ou un collier de chasse ça peut très mal se terminer. Quel que soit le type de selle le principe est toujours le même, bien que de légères modifications de positionnement peuvent être de rigueur en fonction du modèle.

Entretenir sa selle:

L’entretien de la selle se fera au savon glycériné et à la graisse à cuir ou huile à cuir. Le nettoyage au savon doit être rigoureux afin d’éliminer toute trace de sueur et de poussière. Il faudra bien masser le corps gras pour le faire pénétrer. Les étrivières, sangle et autre éléments doivent être démontés avant afin d’être nettoyés correctement. Bien sûr le matériel neuf doit être graissé ou huilé une première fois avant toute utilisation.

Je conseille toujours à chaque entretien d’inverser les étrivières droite gauche quand c’est possible. En effet durant leur utilisation le poids exercé de chaque côté n’est pas forcément le même ce qui peut détendre plus un cuir que l’autre. Les étriers ne se retrouveront donc plus à la même hauteur. Les inverser régulièrement de côté permet de rééquilibrer tout ça.

On entretien une selle tous les 2 à 3 mois en général ; sauf le siège et les étrivières qu’il ne faut graisser que 2 ou 3 fois par an maximum, sous peine de voir le cuir trop assoupli se détendre. Pour ma part je l’entretien surtout lorsqu’elle risque d’être mouillée, si elle a été salie de boue ou autre, ou l’été si je vois le cuir devenir trop sec.

Published by

Julie

Monitrice depuis 2007, cavalière depuis 1995, je fais vivre ce blog en vous apportant de mon vécu et de mon expérience, personnelle et professionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.