Le TREC à cheval, une discipline en plein essor

Le TREC à cheval, une discipline en plein essor
Le TREC à cheval, une discipline en plein essor

Le TREC (Techniques de Randonnée Équestre de Compétition) est une discipline qui favorise et renforce la complicité du couple cavalier/cheval. Officialisée depuis les années 80 par la FFE, cette compétition permet aux cavaliers de pleine nature et autres randonneurs de tous crins de comparer et mesurer leurs techniques en équitation d’extérieur.

Qu’est ce que le TREC?

Si le TREC reste un concours, il se pratique généralement dans une bonne ambiance; les moments agréables prenant le pas sur la compétition et permettant d’améliorer son niveau d’équitation sans réelle rivalité.

Le TREC peut se pratiquer à tout niveau et à tout âge, avec n’importe quelle monture ayant un livret d’identification SIRE. Il y a des TREC montés et des TREC attelés, auxquels on peut participer en individuel ou en équipe.

Cette compétition équestre comprend 4 épreuves:

  • La présentation du couple cavalier/cheval
  • le parcours d’orientation et de régularité (POR)
  • La maîtrise des allures
  • Le parcours en terrain varié (PTV)

La présentation du couple:

Le jury examinera le couple cavalier/cheval au départ ainsi que le matériel utilisé. Le cavalier devra présenter les papiers de son cheval ainsi que sa carte d’identité et sa licence FFE, et posséder avec lui un licol, une longe et un gilet de signalisation fluo. Pour toutes les épreuves du TREC le cavalier doit monter avec un casque d’équitation aux normes.

Le tout devra être réparti dans des sacoches ou des fontes en bon état. Le jury examinera également l’état général du cheval et du matériel et il estimera si la selle et l’embouchure sont adaptées à la monture et au cavalier, ainsi qu’à la discipline pratiquée.

Le cavalier doit utiliser le même matériel de monte pour le POR et pour le PTV. Les mors à branches doivent être utilisés avec des alliances. Le téléphone portable doit être éteint et mit dans une enveloppe fermée.

Le parcours d’orientation et de régularité (POR):

Épreuve de terrain consistant à suivre un parcours sur une carte en ménageant les efforts de sa monture, le POR permet de découvrir de nouveaux horizons avec son cheval. Cette épreuve assez délicate se déroule en deux parties. Le cheval sera bridé, sellé et laissé à l’attache. Le cavalier se tiendra prêt à se mettre en selle,  son matériel de POR avec lui, soit un porte carte, une boussole, des stylos ou feutres de couleurs, un tableau de vitesses, une réglette d’étalonnage, une montre ou un chronomètre. Du moins c’est ce que je prévois moi pour l’orientation!

La salle des cartes

Pour commencer le cavalier se présentera en salle des cartes, où il aura entre 10 et 20 minutes selon son niveau pour recopier sur une carte vierge le parcours de 5 à 40 kilomètres selon le niveau de l’épreuve. Il faut le recopier de manière extrêmement précise, chaque millimètre compte. Il lui faudra ensuite étalonner le parcours, c’est à dire mesurer les distances le long du parcours et mettre une marque tous les 500 mètres ou tous les kilomètres pour calculer sa régularité.

En salle des cartes chacun a ses petites habitudes et ses techniques de recopiage pour être le plus précis possible et se faciliter la tache ensuite sur le parcours.

Le long du parcours et selon les niveaux de nombreuses techniques d’orientation peuvent être imposées outre la lecture de carte: azimuts, coordonnées Lambert, road book, carte muette, course à la balise, etc.

Le parcours démarre dès la sortie de la salle des cartes.

L’orientation

La difficulté principale est bien sur de suivre parfaitement le parcours tracé sur sa carte. Pour cela le cavalier utilisera différents outils d’orientation, comme les points cardinaux grâce à la boussole, les points remarquables, le dénivelé, les angles de marche, les constructions, les points d’eau, etc. Et parfois les traces et crottins laissés par les concurrents précédents!

Sur son parcours le cavalier trouvera différents moyens de vérification: des balises avec lesquelles poinçonner sa feuille de route, ainsi que des points de contrôle où les contrôleurs noteront son heure de passage et lui donneront une nouvelle vitesse à respecter. Bien sur ces contrôles devront être pris dans le bon ordre, en arrivant par le bon chemin, prouvant que le tracé du parcours a été respecté.

La régularité

En plus de l’orientation est comptée la régularité, c’est à dire le respect des vitesses imposées le long du parcours. Indiquées sous forme de panneaux présents au départ puis à chaque point de contrôle, les vitesses sont exprimées en kilomètre par heure et doivent être respectées à la minute près. La vitesse sur chaque tronçon varie de 4 à 12 km/h selon le niveau de l’épreuve et la difficulté des chemins.

A l’arrivée du POR, la feuille de route du couple sera contrôlée et notée en fonction du respect de l’itinéraire et de la durée du parcours par rapport au temps idéal.

La maîtrise des allures:

Elle permet de juger des qualités demandées dans le déplacement pour un bon cheval d’extérieur. Les épreuves varient selon les niveau mais jugent globalement de la qualité des allures et de la réactivité du cheval aux demandes du cavalier.

Pour les épreuves club poney et club 1 la maîtrise des allures est un parcours coupé en tronçons de différentes longueurs dans lesquels le cavalier demande des transitions aux 3 allures à son cheval.

Pour les épreuves club élite et au delà la maîtrise des allures juge de la qualité du pas et du galop le long d’un couloir de 100 à 150 mètres de long pour 1.50 mètre de large. Le cavalier demandera à l’aller le galop le plus lent, et au retour le pas le plus rapide, qui sont les qualités demandées à un cheval d’extérieur. Outre le barème officiel de temps, le cheval ne doit pas faire de rupture d’allure ni marcher sur la ligne délimitant le couloir.

Pour cette epreuve le port du casque mais aussi de bottes, chaps ou mini-chaps est obligatoire.

 

Le parcours en terrain varié (PTV):

Cette épreuve juge des qualités d’un cheval face à des difficultés pouvant être rencontrées en randonnée. Le parcours comprend 10 à 18 dispositifs choisis dans la liste officielle de la FFE. Alternant tronçons rapides au galop et passages calmes au pas, on peut trouver des obstacles naturels (tronc, haie, contre-bas, etc…) et des dispositifs techniques type branches basses, passerelle, gué, barrière, slalom, maniabilité, reculer, etc… Ces dispositifs doivent être franchis à pied avec le cheval en main ou à cheval. Pour obtenir tous les points il faudra respecter l’allure et la spécificité de chaque dispositif, et les franchir avec un style correct.

Il est demandé sur le PTV un cheval en avant, confiant, indépendant, réceptif aux demandes de son cavalier et franchissant les dispositifs en toute sécurité. Un cheval peureux, regardant, grégaire, au pied peu sur ou sous pression sera bien sur à l’opposé d’un bon cheval de randonnée.

Niveau équipement sur cette épreuve le gilet de protection est également obligatoire.

Le TREC cheval et cavalier d’extérieur

Le TREC est donc une discipline qui demande un cheval ayant de grandes qualités et un cavalier « tout-terrain », le couple devant être parfaitement en accord et bien se connaitre pour évoluer ensemble.

Cette discipline demande également une certaine endurance, la compétition se déroulant sur toute une journée, voire parfois de nuit ou sur 2 jours pour les niveaux élevés, et demandant au couple des efforts intenses.

Pour ma part je trouve cette discipline vraiment intéressante justement parce qu’elle demande une vraie complicité entre le cavalier et sa monture et que la performance s’étale dans la durée et ne demande pas un effort ponctuel d’une petite minute ou deux comme de nombreuses autres compétitions équestres.

De plus la pratique est extrêmement variée et permet de travailler son cheval dans de nombreux domaines (randonnée, obstacle, dressage, travail à pied…).

J’aime également cette discipline car elle est respectueuse des différents cavaliers chevaux, se pratiquant en équipe ou en individuel, sans tenue vestimentaire imposée, permettant aux cavaliers d’éviter un dispositif de PTV sans élimination, de franchir les dispositifs à différentes allures, elle permet à chacun d’aller à son rythme, sans pression et sans peur. Enfants, cavaliers peu expérimentés, jeunes chevaux, chacun peut pratiquer cette discipline à son niveau.

Published by

Julie

Monitrice depuis 2007, cavalière depuis 1995, je fais vivre ce blog en vous apportant de mon vécu et de mon expérience, personnelle et professionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.